YRONDE et BURON vous accueille

logo du site
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille
  • YRONDE et BURON vous accueille

Accueil du site > Commune > Géographie

Géographie


RELIEF, HYDROLOGIE, GÉOLOGIE

Le relief

Le territoire communal présente une superficie de 1 479 hectares, et un dénivelé topographique important, l’altitude variant entre 355 m et 822 m. Le territoire communal se situe entre le couloir limagnais à l’ouest, où coule l’Allier, et les premiers contreforts du Bas Livradois à l’est. Cet ensemble ponctué de pitons rocheux tend à s’affaisser en direction de l’ouest.

Vue aérienne

La commune d’Yronde et Buron se situe dans le pays de la Comté. Le territoire est accidenté et présente des tables de laves volcaniques que l’érosion a laissées en relief, donnant ainsi des pitons de basalte ou de pépérites, et de monticules calcaires. L’activité éruptive débute à l’Oligocène et se poursuit dans le temps. Les plus anciennes formations sont de type haloclastique avec l’apparition de pépérites. L’essentiel de l’activité se situant entre 25 et 4 millions d’années, l’érosion a fortement façonné le relief d’origine. Les mesas sont des inversions de relief : les coulées magmatiques sont mises à jour sous l’effet de l’érosion qui les débarrasse des marnes environnantes. Le Mont Servait en est un parfait exemple. L’action des épisodes froids et humides des périodes wurmien et post wurmien a entamé les roches les plus dures, créant ainsi des zones d’éboulis.

Carte topographique

Les points les plus hauts correspondent aux multiples puys et buttes qui parsèment le territoire au nord et à l’est : Mont Servait (822 m), Puy de St Hippolyte (806 m), La Côte (788 m), Puy Rousset (711 m), Puy Moriot (701 m), et La Motte (685 m). La rivière Allier constitue la limite communale ouest ainsi que le niveau le plus bas du territoire (350-360 m d’altitude environ). Le couloir limagnais est coupé par la gorge de St Yvoine, creusée dans un bloc surélevé (horst) qui sépare la Limagne dite d’Issoire et la Grande Limagne dite de Clermont.

La végétation potentielle

La végétation dite climacique correspond à la végétation primitive naturelle, c’est-à-dire dans l’état où elle est (était) sans l’intervention de l’homme. En fonction de son altitude, de son relief, et du climat, la végétation potentielle du territoire alterne entre un étage sub-méditerranéen domaine des bois xérothermophiles à chênes pubescents et l’étage sub-atlantique dominé par la chênaie pédonculée.
Chêne pédonculé Feuillage de chêne

- l’étage sub-méditerranéen, domaine des bois xérothermophiles à chênes pubescents.

Le chêne pubescent forme des peuplements clairs permettant le développement d’une strate arbustive riche en espèces : Erable champêtre, Troène, Mancienne, Alisier, etc … Dans la strate herbacée, sont présents la Campanule à feuille de pêcher, la Tanaisie en corymbe, le Dompte venin, la Phalangère, le Sceau de Salomon odorant, le Grémile pourpre et bleu, l’Orobe noir, la Mélitte à feuilles de Mélisse, la Garance voyageuse, … Ces boisements dépassent rarement les 700 m d’altitude. Ils sont liés aux stations microclimatiques les plus chaudes et les plus sèches (pluviométrie inférieure à 700 mm/an) avec déficit hydrique estival marqué. Ils sont représentés sur un sol de roches volcaniques.

- l’étage sub-atlantique où règne la chênaie pédonculée.

Le chêne pédonculé est associé à d’autres essences telles que le Chêne sessile, le Tremble, le Bouleau. La strate arbustive est maigre : Houx, Bourdaine, Noisetier, Chèvrefeuille volubile. La strate herbacée reste pauvre en espèces : Millepertuis, Mélampyre des prés, Peucédan de Paris…

JPEG - 69.7 ko
Géranium sauvage
JPEG - 70.1 ko
Fleurs des talus


Cette chênaie se développe surtout sur les flancs orientés à l’ouest subissant des influences océaniques marquées (humidité importante, températures peu contrastées). Les sols sont acides, généralement argileux, avec des eaux stagnantes en surface.

LISTE des PLANTES et des FLEURS

Lire la suite



Site réalisé avec la solution Web-collectivités de l'ADeP basée sur SPIP